Kaja Kaona


La coco dans toute sa splendeur avec Kaja Kaona

Kaja Kaona, ou « Si tu ne viens pas, tu ne sauras pas ». Soucieuse de créer à Mayotte
un renouveau économique respectueux de la nature, de la culture et des solidarités
humaines, l’association lutte pour l’insertion des jeunes dans la société en mettant en
avant des activités qui ont du sens.


Créer du beau avec des jeunes éloignés de l’emploi ? C’est le défi que s’est lancé
l’association Kaja Kaona. La structure développe une activité économique à vocation
sociale, solidaire et culturelle. A Tsoundzou, les locaux de l’association sont un lieu de vie
qui se veut être un espace convivial, collaboratif, participatif et ouvert à tous.

Mais alors quelles sont les cordes à l’arc de Kaja Kaona ? Les activités sont pléthore et se
concentrent autour de six thématiques. Tout d’abord, le maraîchage, avec un jardin-potager
biologique en permaculture et agroécologie. Puis, la restauration, avec une cuisine
écologique proposant des produits cultivés et transformés sur place, selon le concept de «la
graine à l’assiette». Ensuite, l’artisanat, qui se traduit par une production d’objets
manufacturés à base de matériaux locaux, naturels ou recyclés. Et puis, les activités
culturelles, les scènes de spectacles, les projections cinématographiques, ou encore les
ateliers de lecture. Sans oublier l’autoconstruction, le local de l’association étant auto et
éco-construit avec des matériaux locaux et naturels, des techniques traditionnelles locales,
du recyclage et de la récupération de matériaux. Enfin, l’accompagnement scolaire et
administratif, avec des ateliers d’alphabétisation, de soutien scolaire ou encore
d’informatique.

Selon une philosophie éminemment humaine, les membres de l’association espèrent
ramener les jeunes défavorisés dans le droit chemin, ou du moins leur éviter d’y entrer. Pour
cela, ils font appel aux traditions locales d’entraide “musada”, de mutualisation de moyens
“shikoa” ou encore de transmission de savoirs “fundi”. Une belle philosophie qui fleurit sur
l’île aux parfums et qui repose sur les principes de l’économie sociale et solidaire et de la
permaculture, “prendre soin de l’humain, prendre soin de la terre et partager équitablement”.